Pass 92 : de réelles avancées mais il faut aller plus loin !

Je suis intervenue au Conseil départemental pour défendre le PASS 92.

 

Monsieur le Président,

Créé en 2005 le PASS 92 a aidé de nombreuses familles en leur offrant la possibilité de proposer à leurs enfants des activités culturelles et sportives, nécessaires à leur développement. Vous le savez on ne peut évoquer ce sujet sans rappeler votre souhait de supprimer ce dispositif l’année dernière qui eut été préjudiciable pour de très nombreux jeunes alto-séquanais. Le groupe de travail mis en place sous la présidence de Madame Léandri a permis de réelles avancés sur la revalorisation du PASS et la prise en compte de la situation des familles notamment. Cependant, encore aujourd’hui nous devons aller plus loin.
Premièrement du point de vue des bénéficiaires. En effet, en 2014-2015 seul 33% des élèves des classes ULIS et 25% de ceux qui se trouvent dans des SEGPA en ont été bénéficiaires. C’est environ 30 points de moins que la moyenne départementale. Ce chiffre est très alarmant. Il est donc nécessaire d’avoir davantage de communication sur le dispositif et notamment en direction des jeunes qui se trouvent dans ces classes d’éducation spécialisée.
Par ailleurs, vous nous expliquez dans le rapport qu’il y aura de nouveaux organismes qui rejoignent le dispositif, savons-nous combien ils sont aujourd’hui ? Nous devons encore inciter l’ensemble des communes à communiquer sur l’existence du dispositif mais de manière encore plus importante dans des villes comme Levallois Perret ou Clichy. En effet il est 2 fois moins utilisé dans ces villes qu’à Fontenay-aux-Roses ou Ville d’Avray ! Notre département a-t-il fortement incité les communes dont les taux de bénéficiaires sont inférieurs à 50% à communiquer davantage et à proposer de nouveaux organismes partenaires ?
En outre, donnons-nous des consignes sur le choix de ces organismes, en fonction de leur taille par exemple ? Car il me semble nécessaire d’avoir de plus en plus de petites structures qui souvent d’ailleurs peuvent pâtir d’un manque d’adhérents.
Enfin, l’un des principaux enjeux demeure le rééquilibrage du PASS dans les activités consommées par les jeunes alto-séquanais auquel le nouveau dispositif répond en partie. Nous le savons la moyenne départementale est de 80% pour des activités sportives et 20% pour les activités culturelles. Dans certaines villes par exemple Levallois Perret, décidément, l’utilisation du PASS ne concerne qu’à 4% l’offre culturelle. Quand on regarde les montants des PASS encaissés par les organismes ce sont pour les 12 premiers des grands clubs de sports.
Avez-vous indiqué aux communes notre souhait de voir rééquilibrer l’utilisation du PASS en incitant davantage sur la culture ?

Nous le reconnaissons il y a eu des réelles avancées sur le PASS donc nous voterons ce rapport mais en matière de communication, d’intégration de nouvelles structures et de rééquilibrage pour les bénéficiaires et dans l’utilisation du dispositif je suis certaine que nous pouvons aller plus loin.

Vous aimerez aussi...