Restauration scolaire dans les collège : construisons un partenariat avec les parents d’élèves !

 

Je suis intervenue en séance du Conseil départemental le 24 février sur la question de la restauration scolaire dans les collèges. Voici mon intervention :

 

Monsieur le Président,

Vous le rappelez nous allons devoir renouveler le contrat de délégation de service public concernant la restauration scolaire dans les collèges. Si j’ai bien compris la présentation qui a été faite lors de la matinée sur l’économie collaborative, vos amis des Yvelines ont fait un autre choix dans certains collèges : restauration en régie avec circuit court et bio ! Nous devrions y réfléchir.
Nous sommes sans cesse alertés par des parents sur la qualité des repas servis par ELIOR dans les cantines. Pire encore certains enfants repartent parfois sans entrée, ou sans dessert. Vous mettez en avant la baisse du nombre de rupture entre les deux dernières années scolaires mais on ne peut s’en satisfaire car les chiffres restent très importants avec 245 repas manquant chaque jour en 2015. Il ne s’agit de la contestation de quelques parents isolés mais bien d’un sentiment général que vous avez sans doute remarqué lors des réunions publiques organisées avec le prestataire dans les collèges. La baisse de la fréquentation sur la période de la DSP en est un témoignage. En regardant les chiffres de 2014-2015 ils sont sans appels. Le nombre de repas mensuel facturé le midi en septembre 2014 était de 245 606 et cela n’a cessé de baissé 219 906 en novembre 2014 et 167 734 en mai 2015. J’ai bien sûr fait attention à ne pas prendre des mois dans lesquels se trouvent des vacances qui troublent la fréquentation. Les jours fériés de mai ne peuvent expliquer une telle baisse.

La fréquentation est un enjeu majeur. On ne sait pas où vont les élèves à midi ni même s’ils prennent un repas. Il est indispensable de mener une enquête sociologie sur la fréquentation de la restauration scolaire. Cela permettra notamment de voir si les plus modestes peuvent effectivement déjeuner dans les cantines de notre département et de connaître les causes de la disparité dans les collèges.
Afin d’identifier au mieux l’ensemble des besoins et des problèmes rencontrés avec le précédant prestataire nous demandons la mise en place d’une grande enquête de satisfaction faite directement par le département.
Dans le rapport vous parlez des exigences du cahier des charges sans les préciser. A aucun moment il est précisé les objectifs concerts à attendre de l’utilisation du bio et des circuits courts pour la réalisation les repas, est-ce un manque d’ambition ? Le département souhaite-t-il avoir une politique volontariste dans ce domaine ou pas ? Ce contrat ne nous permet pas d’en juger.
A l’heure où nous observons chaque jour les problèmes liés à l’utilisation des transports et à la pollution qu’ils rejettent il est impossible de se passer d’un tel objectif. Il permet par ailleurs une meilleure traçabilité des aliments.
Enfin ELIOR ne donne toujours pas satisfaction en matière de factures. La restauration scolaire doit être ouverte à tous et y compris pour les familles les plus modestes. Il y a donc bien un problème de mise en application de la tarification qui a été constaté lors de la dernière rentrée.
La restauration des collèges est l’une des compétences majeures que nous devons assurer, construisons là en partenariat avec les parents d’élèves au moment où nous allons nous engager pour 4 ans.
Nous votons contre ce rapport.

Vous aimerez aussi...